Si vous êtes déjà venu à Chartres, vous connaissez sans doute ses impressionnants monuments, ses musées aux riches collections, ses petits ponts charmants, ses décors bucoliques, ses bons restaurants et ses animations culturelles… mais avez-vous visité la maison Picassiette ? Suivez-nous pour une visite insolite !

Chartres, une ville aux nombreux trésors

De Chartres, les visiteurs repartent des images plein la tête : de la cathédrale Notre-Dame, l’une des plus grandes cathédrales gothiques dédiées à la Vierge, également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, au passionnant Musée des beaux-arts, en passant par l’agréable parc des bords de l’Eure, le parcours Chartres en lumières, qui sublime un incroyable patrimoine, et le jardin médiéval de la collégiale Saint-André et sa collection de simples, la ville regorge de sites d’intérêt.

maison picassiette

Mais à l’extérieur du cœur de Chartres, une autre pépite vous attend : la maison Picassiette. Ouvert à la visite du 15 mars au 15 novembre, ce site unique en son genre ne manquera pas d’émerveiller petits et grands !

Avant de vous rendre au numéro 22 de la rue du Repos, apprenez-en plus sur cette réalisation d’architecture spontanée enchanteresse…

La maison Picassiette, un site insolite à ne pas manquer

Ce petit trésor bien caché, mais qui mérite amplement que vous le cherchiez, doit son drôle de nom à Raymond Isidore, surnommé pique-assiette, puis Picassiette (en référence au grand Picasso).

Lors de ses promenades, ce cantonnier chartrain avait en effet l’habitude de ramasser les tessons de verre, débris de faïence et de vaisselle qu’il trouvait sur sa route.

Maison Picassiette, Chartres

Entre 1938 et 1964, il ainsi récupéré quelque 4 millions de débris (soit quinze tonnes de matériaux !), dont il s’est servi pour décorer sa maison du sol au plafond, en passant par le mobilier et les objets usuels.

Comme vous pourrez le constater lors de votre visite, tout y est passé : du lit à la table et aux chaises, en passant par la machine à coudre et le poêle !

En sortant de la maison, admirez les façades, allées et clôtures de jardins elles aussi décorées de mosaïques, puis découvrez la chapelle, avec ses croix et madones, et la cour noire, où Raymond Isidore, fervent croyant, a notamment érigé une représentation en trois dimensions de la cathédrale de Chartres, des églises et un imposant trône.

Poursuivez votre visite dans la maison d’été et le passage étroit présentant de jolies scènes avant de passer la Porte du paradis, peinte d’oiseaux, pour pénétrer dans le jardin du paradis, où vous circulerez entre de jolis parterres animés de statues et découvrirez le parvis de Jérusalem, jardin à la française organisé autour d’un bassin et surplombé d’une représentation de Jérusalem.

Le Val de Loire en Vidéos

Enfin, allez jeter un œil derrière le parvis pour voir l’ultime réalisation de Picassiette : le tombeau de l’esprit. Bâti en 1962, il présente de très belles mosaïques et des inscriptions pieuses.

maison-picassiette-chartres-amelia-sanders-art 03

Classée au titre des monuments historiques en 1983, la maison Picassiette constitue une visite incontournable à Chartres : en famille, laissez-vous emporter par la magie de ce lieu fantastique et pénétrez dans l’imaginaire de Raymond Isidore, à qui il aura fallu 29 000 heures de travail pour créer cette œuvre unique.

Les +

de la Maison Picassiette

  • un lieu insolite au cœur de la ville de Chartres
  • une maison décorée du sol au plafond avec quelque 4 millions de débris
  • une œuvre unique qui aura nécessité 29 000 heures de travail

INFORMATIONS PRATIQUES
Date d'ouverture : du 15 mars au 15 novembre
Horaires :
- du lundi au samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h
- dimanche de 14 h à 18 h
- fermé le mardi, les 1er et 8 mai
Lieu d’accueil : 22 rue du Repos, 28000 Chartres
Tarifs : 6 € (plein tarif), 3 € (tarif réduit)
Plus d'infos : www.chartres.fr/maison-picassiette/

Selon vos envies

X