Le Château de Chambord est l'un des monuments les plus emblématiques du Val de Loire, véritable joyau de l'architecture Renaissance, connu et reconnu dans le monde entier.

Château Chambord

Le Château de Chambord est un des châteaux français les plus connus et reconnus dans le monde, situé dans le département du Loir-et-Cher, en Région Centre - Val de Loire. Situé en Sologne, le Domaine National de Chambord est bordé par la rivière Cosson. Le Château est installé à 14 km à l’est de Blois, au cœur du Val de Loire.

Le Domaine National de Chambord se compose du plus vaste Château de la Loire, construit au XVIe siècle, construit au cœur du plus grand parc forestier clos d’Europe, d’environ 5500 hectares, dont 1000 hectares ouverts au public.

Chambord, du Moyen-Âge au XXe siècle

Au Xe siècle, Chambord est un château fort construit pour accueillir les Comtes de Blois. Au début du XIIIe siècle, suite au mariage de Marie d’Avesnes, comtesse de Blois avec Hugues Ier de Châtillon, le Château de Chambord est rattaché à la maison de Châtillon avant de passer sous la protection des Ducs d’Orléans en 1397. Lorsque Louis d’Orléans devient Louis XII de France, en 1498, la Forteresse de Chambord se voit rattachée à la couronne de France.

Roi de France depuis 1515, François Ier désire créer une ville-capitale à Romorantin et un Château à Chambord. En 1516, il convainc Léonard de Vinci de quitter l’Italie pour la France.

Un immense chantier de construction s’ouvre en 1519 sur le site de Chambord, pour créer une résidence de chasse sur l’emplacement de l’ancien château fortifié. Un chantier pharaonique, stoppé entre 1525 et 1526 (François Ier est alors emprisonné à Madrid). Cette interruption va modifier le projet du Château de Chambord, qui va être "simplifié".

Plus de trente années de travaux

Alors qu’il n’aura passé que 72 nuits à Chambord, le Roi François Ier meurt en 1547, avant la fin des travaux, qui s’achèvent en partie sous les règnes d’Henri II et Charles IX. Les monarques délaissent peu à peu Chambord, trop isolé. Il faut attendre le début du XVIIe siècle et le règne de Louis XIII pour voir un roi dormir de nouveau à Chambord. Ce dernier le donne à Gaston d’Orléans (son cadet), qui entreprend une restauration entre 1639 et 1642. Plus tard, le Roi Soleil (Louis XIV) y fera neuf séjours entre 1650 et 1685, accompagné de Molière ou de Jean-Baptiste Lully. Sous le règne de Louis XV, Chambord est occupé par le beau-père du Roi, Stanislas Leszczynski, roi de Pologne en exil, avant d’être donné au Maréchal Maurice de Saxe, qui y fait construire des casernes.

Au tournant du XXe siècle, le Château de Chambord, propriété du Duc de Parme, est racheté par l’Etat Français, le 13 avril 1930 et devient au début de la Seconde Guerre Mondiale, un centre de triage des trésors des musées nationaux du Nord de la France.

Chambord au Patrimoine Mondial

En 1981, le Domaine National de Chambord est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture) et reconnu comme un bien d’importance pour l’héritage commun de l’humanité.

Chambord : Chef d’Œuvre de l’architecture Renaissance

chateau-chambord-plan-rez-de-chaussee
Plan du Rez-de-Chaussée par Eugène Viollet-le-Duc dans le Dictionnaire Raisonné de l'Architecture duXIe au XVIe siècle (1856)

Considéré aujourd’hui comme un des chefs d’œuvre de la Renaissance, le Château de Chambord aurait été imaginé par Léonard de Vinci, qui vécut ses dernières années en France, à Amboise, aux côtés du Roi François Ier.

L'ombre de Leonard de Vinci plane sur Chambord

Si le génie italien meurt avant le début des travaux, de nombreux observateurs estiment, que l’ombre de Vinci plane sur Chambord, notamment avec le célèbre escalier à double révolution ou les structures en croix grecques, deux éléments de l’architecture du château. De plus, l’architecte Dominique de Cortone, dit Boccador, assistant de Vinci a travaillé sur le chantier de Chambord.

Le château imaginé par François Ier est à la fois d’inspiration médiévale, avec son enceinte et ses tours d’angle imposantes, et d’inspiration plus gothique et renaissance, avec ses ornementations. Mais situé sur des marécages en Sologne, la construction du Château de Chambord a nécessité l’enfoncement de pilots de chênes à une dizaine de mètres de profondeurs pour établir des fondations solides, même si des fouilles réalisées en 2007, montre que le château s’appuie sur des roches calcaires et sur les vestiges de l’ancien château fort datant du Xe siècle.

 

Chambord reste l’un des chantiers de construction les plus imposants de la Renaissance, ayant nécessité près de 220.000 tonnes de pierres (notamment du tuffeau). Pour accompagner le donjon originel, François Ier fit ensuite construire deux ailes au château (dont l’Aile Est accueille le logis royal) et une enceinte, prenant exemple sur les forteresses du Moyen-Âge. Comme mentionné ci-dessus, les travaux ont été simplifiés. En effet, à l’origine, François Ier envisageait de détourner le cours de la Loire pour faire passer le Fleuve Royal par Chambord. Finalement, le roi se résoudra à dévier le cours du Cosson, un affluent du Beuvron, afin d’alimenter les douves du Château.

Résidence de Chasse Royale au Cœur d’une forêt giboyeuse

Le Château de Chambord repose sur un corps carré en forme de croix grecque, comme plusieurs monuments italiens de l’époque, notamment la Basilique Saint-Pierre de Rome. Les tours du « Donjon » de Chambord sont orientées pour suivre les axes nord-sud, est-ouest des quatre points cardinaux.

Le donjon, unique bâtiment sur les plans originaux, se compose de cinq niveaux habitables, comprenant à chaque niveau : quatre appartements carrés et quatre appartements circulaires dans les tours. Entre les appartements, les couloirs mènent à l’escalier à double révolution, imaginé par Léonard de Vinci, situé au centre du donjon, qui donne accès à la grande terrasse qui fait le tour du donjon, d’où on peut admirer les centaines de cheminées et la tour-lanterne qui domine l’escalier et le parc forestier clos le plus important d’Europe.

Chambord, terrain de chasse préféré de François 1er

Car si François Ier décide de s’installer à Chambord, c’est pour son parc et sa forêt giboyeuse. Mais le parc n’est pas assez vaste pour le roi qui acquiert des terrains privés alentours pour constituer un imposant territoire de chasse d’environ 2500 ha.

chateau-chambord-vue-parc-helene-rival
Vue sur le parc national depuis la terrasse du Château de Chambord - (c) Hélène Rival (Wikimedia Commons)

La particularité du Parc de Chambord est d’être un espace clos, entouré par un mur qui doit permettre de conserver le gibier dans les limites du parc. En 1547, François Ier créé une Capitainerie Royale des Chasses qui doit assurer « la garde et la conservacion des boys et buissons, bestes rousses et noires ».

Parmi les espèces qui vivent dans le Parc National de Chambord, on retrouve le Cerf Elaphe et le Sanglier, les deux espèces emblématiques de Chambord, mais aussi des mouflons méditerranées. C’est aussi un espace privilégié par les oiseaux, en période de reproduction ou de migration. On  peut ainsi observer des balbuzards pêcheurs, des aigles bottés, des pics cendrés, des martins-pêcheurs, des alouettes lulu, des engoulevents d’Europe ou des fauvettes pitchou…

Depuis 1947, le Parc de Chambord est classé Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage, ainsi que Zone de Protection Spéciale de Conservation en 2006 par le réseau écologique européen Natura 2000.

Crédits :
- Plan du Château : Eugène Viollet-le-Duc (Domaine Public)
- Photos Château : Léonard de Serres (c) , Tuan Nguyen (DR) - Photo Parc : Hélène Rival (Wikimedia Commons)

L’agenda du château

Aucun événement actuellement renseigné pour ce lieu. Retrouvez tous les événements sur notre page Agenda.

Passionné par les châteaux de la Loire ?

Découvrez les Grands Sites du Val de Loire et les petits patrimoines cachés

X